Le Magnétisme

magnétiseur
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Bonjour cher ami Je vous souhaite de très bonnes fêtes de Noël, en famille ou entre amis ou les deux amusez-vous raisonnablement manger correctement et ayez une pensée pour les gens qui sont seuls et peut-être auriez-vous l'occasion de recevoir un invité de dernière minute. Sans oublier les enfants qui attendent le Père Noël depuis un an espérons qu'ils ont été sages et que les cadeaux mis sur la liste au Père Noël seront dans sa hotte Un bon Noël à tous gros bisous à vous santa
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» recherche livre sur le reboutement
Mer 16 Avr - 17:07 par le Prince canari

» achat pendule sur le net
Mar 15 Avr - 11:37 par charles89

» Je suis de retour
Mer 26 Mar - 9:56 par Admin

» Bonjour du Quebec!!
Mer 26 Mar - 9:44 par Admin

» Le paradis sur terre?
Jeu 13 Fév - 6:36 par Francesca

» Mon histoire avec mes pendules radiesthésie
Mar 28 Jan - 18:16 par Francesca

» Anniversaire Francesca
Mar 28 Jan - 18:10 par Francesca

» bonjour à tous
Mar 28 Jan - 15:24 par Admin

» Méditation dans la lumière de Chr. Sastre
Mar 28 Jan - 15:22 par Admin

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Partagez | 
 

 E.M.D.R

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Francesca
Co-Administration


Nombre de messages: 716
Age: 55
Localisation: DIJON
Date d'inscription: 06/02/2010

MessageSujet: E.M.D.R   Mer 17 Mar - 18:21

DE QUOI S’AGIT-IL ?

EMDR : Eye Movement Desensitization and Reprocessing, ou désensibilisation et reprogrammation par des mouvements oculaires.

LE PRINCIPE : « Si un événement douloureux a été mal “digéré” parce que trop violent, les images, les sons et les sensations liés à l’événement sont stockés dans le cerveau, prêts à se réactiver au moindre rappel du traumatisme. Le mouvement oculaire débloque l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète le travail. »

QUAND ?
Après un traumatisme.

La méthode ne s’applique pas qu’aux grands chocs, mais aussi aux plus petits traumatismes, comme les expériences pénibles laissant un souvenir trop empreint de souffrance. « Venue consulter pour des angoisses et des paniques auxquelles je ne trouvais aucune cause, raconte Cécile, la quarantaine, en réponse à notre appel à témoins sur Psychologies.com, j’ai choisi un souvenir pénible où j’avais pris la fuite. Après une série de “balayages”, j’ai senti une douleur très forte dans mes jambes. Mon thérapeute m’a alors demandé de regarder ses doigts et a répondu : “OK, on va faire partir ça !” La douleur et l’émotion liées au souvenir ont disparu en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, j’étais scotchée ! Puis, nous avons installé une croyance positive à la place de la croyance négative en rapport avec cette émotion. “Je suis nulle” devait être remplacé par “Je suis quelqu’un de bien”. Soudainement très calme, je me suis sentie respirer comme jamais. »

L’EMDR peut aussi se révéler efficace dans d’autres types d’affections, comme la toxicomanie, l’anorexie ou la dépression. « Cette méthode voit s’ouvrir sans cesse de nouvelles perspectives, telles la dépression sans cause traumatique ou la schizophrénie à ses débuts », explique Jacques Roques, psychologue, psychanalyste et vice-président d’EMDR-France. Seuls les cas de psychose, les états suicidaires et les troubles cardiaques récents figurent parmi les contre-indications.

POURQUOI ?
Désactiver l’émotion.

Même si l’EMDR pose en postulat que l’esprit possède, comme le corps, une capacité à s’autoguérir, on peut s’interroger sur une telle simplicité. La réponse réside dans une conception nouvelle du traumatisme, qui fait appel à la neurologie. « Chaque événement douloureux laisse une marque dans le cerveau, précise le psychiatre David Servan-Schreiber, qui a introduit la méthode dans l’Hexagone, et qui préside l’association EMDR-France. Celui-ci effectue alors un travail de “digestion” permettant aux émotions qui accompagnent le souvenir de se désactiver. A moins que le traumatisme ait été trop fort ou ait frappé à une période où nous étions vulnérables. Dans ce cas, les images, les pensées, les sons et les émotions liés à l’événement sont stockés dans le cerveau, prêts à se réactiver au moindre rappel du traumatisme. Dans l’EMDR, le mouvement oculaire “débloque” l’information traumatique et réactive le système naturel de guérison du cerveau pour qu’il complète son travail. »

Sans afficher de certitudes, Francine Shapiro propose un rapprochement entre l’EMDR et le sommeil à mouvements oculaires rapides, ce moment où l’on rêve mais où s’effectue également la répartition mémorielle. Car évidemment, tout repose sur la mémoire, sur l’encodage du souvenir et des émotions qui l’accompagnent. Ce qui soignerait, dans l’EMDR, c’est de « reformater » cet encodage. Replongé dans son passé afin d’être au plus près des perceptions sensorielles éprouvées au moment de l’événement, le patient est conduit, grâce à une stimulation sensorielle, à concentrer son activité cérébrale sur le présent. De cette polarisation naîtrait la possibilité de retraiter le traumatisme par dissociation de l’émotion et du souvenir. D’où le fait que celui-ci ne disparaisse pas. Il se délivre de sa charge émotionnelle, comme après un deuil.

COMMENT ?
Dissocier émotion et souvenir.

Souvenir et émotion négative contre croyance positive. Le secret serait-il dans la tension entre ces représentations contradictoires, dans leur évaluation plusieurs fois par séance, ou réside-t-il dans les mystérieux balayages des yeux ?

TEMOIGNAGES :

Marie, institutrice trentenaire, en livre les détails :
« Je devais, en restant dans mon souvenir et dans l’émotion qu’il suscitait, fixer les mouvements que la thérapeute faisait avec sa main, de gauche à droite. Une quinzaine d’allers-retours cadencés, amples et précis, larges de un mètre environ. Ensuite, nous avons fait une pause en reparlant de la scène et de mon émotion. J’avais le sentiment qu’elle cherchait à m’y faire rentrer tout à fait. Après la deuxième séquence de mouvements, je me sentais différente, plus calme. Nous avons recommencé encore deux fois, avec des pauses où l’on évaluait le degré de l’émotion. A la fin, j’étais apaisée. »

« Il y a de l’hypnose là-dedans, et beaucoup d’autres choses inspirées de la sophrologie, du comportementalisme ou des sciences cognitives », reconnaît Francine Shapiro. Mais le souvenir traumatique ne s’évanouit pas, aucun claquement de doigts ne vient effacer une portion de temps. Le réconfort ne vient pas non plus par suggestion ou relaxation, et encore moins par immersion avec « visite » des lieux du drame. Il ne repose pas sur des mots, des images ou des sons, comme dans la majorité des thérapies. « C’est différent, explique Marie. On est au cœur d’une émotion qui nous emporte, et petit à petit elle nous quitte, ou du moins va se blottir quelque part où elle ne fait plus mal. On sait qu’elle est là, qu’on l’a vécue, mais c’est un souvenir. » « Je regarde le passé autrement, précise Claire, 50 ans, consultante. Au lieu de subir, je me sens protégée et plus dynamique. »

LA CONTROVERSE :
L’EMDR fait l’objet depuis ses débuts d’une vive polémique. Un traitement sans mots, sans transfert, sans travail d’interprétation de l’inconscient ni décodage systématique, cela va à l’encontre des pratiques communes. Ses détracteurs ont longtemps discuté son efficacité, qualifiant l’EMDR de pseudoscience, se gaussant de la découverte selon laquelle une stimulation sensorielle autre que le mouvement oculaire peut aussi faire l’affaire.

« Jusqu’à présent, la psychothérapie était fondée sur une idée : seules l’écoute et la parole guérissent, explique Jacques Roques, vice-président d’EMDR-France. On parlait des problèmes psychiques uniquement en termes de sémantique – la rencontre de la mort pour les états de stress post-traumatique, par exemple. Or on se rend compte maintenant de l’importance du fonctionnement cérébral. La psyché est indissociable de son substrat neurologique : on peut re-stimuler le traitement de l’information de manière parfois fulgurante, contredisant l’idée reçue selon laquelle il faut du temps pour guérir. » . Aurions-nous du mal à admettre que notre cerveau puisse être reprogrammé comme un ordinateur ?…

A LIRE :
“Des yeux pour guérir” de Francine Shapiro et Margot Silk Forrest.
Aidée d’une journaliste, la créatrice de l’EMDR livre enfin ses secrets en français, avec nombre d’explications et d’exemples à l’appui (Seuil, 2005).
“Guérir” de David Servan-Schreiber.
Dans son livre best-seller, le docteur David Servan-Schreiber consacre plusieurs chapitres à l’EMDR, qu’il définit comme une « autoguérison des grands traumatismes » (Pocket, 2005).
“EMDR, une révolution thérapeutique” de Jacques Roques.
En s’adressant au grand public comme aux professionnels, ce psychanalyste, ex-praticien au CHU de Nîmes, fait œuvre didactique et offre un portrait complet de l’EMDR : troubles, traitement, développements cliniques (Desclée de Brouwer, 2003).

Source ---- A VOIR :
Une interview filmée de Ludwig Cornil (psychologue et formateur) sur la thérapie EMDR, sur www.psy.be – aller dans « Coin lecture et vidéo », section « Interview vidéo ».

ADRESSE UTILE :
EMDR-France 20, rue d’Armenonville, 92200 Neuilly-sur-Seine.
T. : 01.46.24.55.02. Cet organisme est le seul à délivrer la formation EMDR agréée par Francine Shapiro. Le site Internet emdr-france.org contient la liste des thérapeutes français habilités à pratiquer cette technique.

_________________
  Chez Francesca : http://devantsoi.forumgratuit.org/  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://devantsoi.forumgratuit.org/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: E.M.D.R   Jeu 22 Avr - 10:40

J'en ai fait, c'est à la fois impressionnant et pas terrible (car ça ne change rien en apparence)!
J'ai fait 3 séances dont la première qui n'était rien d'autre que l'entretien.
Après, en 2è et 3e séance, la psy ma demandé de me concentrer sur ce que j'ai décrit (ça peut etre un souvenbir pénible, ou une sensation douloureux ou même un rêve fort...)
Pour m'aider à fixer cette concentration, je devais dire à quelle objet, de quellle couleur, de quelle forme, ça correspond, et où dans le corps.
Puis, elle me tapote les épaules ou les genoux droite, gauche, droite, gauche...ou bien elle bouge le doigt devant mes yeux droite gauche droite gauche.
Je dois rester concentré sur l'objet symbolisant le ressenti ou souvenir pénible.
Ce qui est étrange, c'est que cet objet visulaisé (même pas bien visualisé) se transforme plus ou moins, se déplace dans le corps. Et je ressens vraiment les douleurs dans le corps se déplacer.
La dame me demande où c'est maintenant dans le corps, et comment c'est maintenant l'objet. Je décris.
Après, on reprends, et ainsi de suite.
Je trouve que cet EMDR m'a fait prendre conscience combien mon corps est vraiment vivant, comme une éponde indroyable qui absorbe à ce point là que je ne pouvais pas concevoir, tous mes émotions, mes souvenirs, mes rêves...
Et je sors de la séance très fatiguée, avec une sensation bizarre.
L'effet procuré par l'EMDR se prolonge, surtout sous forme de rêves la nuit et de ressentis la journée. Je dirais environ 3 ou 4 semaines après la séance.
A la suite de l'eMDR, j'ai eu des cauchemards très violents, que je m'en souviens encore aujourd'hui, des années plus tard ! Puis les cauchemras évoluent, et cela termine par de très beaux rêves.
J'aurais bien aimé poursuivre les EMDR, car je ne suis pas complétement guérie de mes traumatismes survenues dans mon enfance.
Malheureusement c'est cher la séance et ce n'est pas remboursé par la sécurité sociale.
Pour ceux qui habitent Lyon et qui ont envie d'essayer cette thérapie, c'est à L'Institut de Victimologie de Lyon que j'ai fait l'EMDR. Je pense que ça doit exister encore aujourd'hui au même endroit, parce que ça fait des années que je ne suis plus allée.
Revenir en haut Aller en bas
 

E.M.D.R

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Magnétisme :: Santé et maladies-